Les bots-masculins avec des parties intimes bioniques super sophistiqués pourraient remplacer les mecs

Une initiative qui a aussi ses détracteurs

Une campagne avait déjà lancée conte ce type d’inventions, se basant sur le fait qu’une telle chose ne devrait même pas exister et que c’est une tentative évidente de remplacer les liens et interactions humains. « Pour moi, cela relève purement de la fantaisie infantile » telle a été la déclaration de Kathleen Richardson, qui est à la tête de la campagne.

Les partisans du mouvement « pro-robots » trouvent que comme l’humain est capable de s’attacher à des objets ou à des animaux, il serait tout à fait normal qu’il crée un lien avec le robot avec lequel il pratique le sx. Des études auraient apparemment démontré que les gens étaient excités en touchant les parties d’un robot, ce qui n’est pas sans fondement.

De l’autre côté, selon le Dr. Richardson, ce que les gens désirent réellement à travers le sx a été énormément déformé par ce qu’on commence à penser de ce dernier, à savoir une marchandise. Elle ajoute également que ceci n’a rien à voir avec une vraie relation entre personnes, mais plutôt une marchandisation pure et dure du sx, qui s’infiltrera de plus en plus dans nos idées à propos de la sexualité et la manière dont elles impactent nos sociétés. »

En fin de compte, il s’agit là d’un sujet où le débat est toujours ouvert, entre ceux qui voient en cela un enrichissement de la vie sexuelle d’une femme et souhaitent marquer à travers ceci une rupture entre sx et sentiments, et ceux qui trouvent que c’est un projet qui va à l’encontre des codes éthiques reconnus et qu’il est voué à détruire l’image de ce que le rapport représente réellement pour les deux sxs.