Cette enseignante force ses élèves à avoir des rapports en échange de bon résultat

Des tentatives de chantage à répétition

On pense que Yokasta a contacté jusqu’à 40 jeunes garçons et en a invité une douzaine d’entre eux à son appartement, où elle a ordonné à certains d’entre eux d’effectuer des actes avec elle en leur précisant qu’en cas de refus de leur part, elle serait la cause de leur échec scolaire.

L’activité de l’enseignante colombienne n’a été découverte que lorsque le beau-père de l’une des vic times a remarqué des clichés à caractère obscène sur le téléphone de son fils. Parmi les photos figuraient certaines de l’enseignante en sous-vêtements, en bikini, dans des positions suggestives et même une où elle utilisait un ours en peluche pour couvrir ses parties génitales exposées. La femme avait bombardé ses élèves avec ces images, les manipulant pour faire des choses qu’ils ne voulaient pas faire, faisant preuve d’un mépris total de leur âge (des mineurs), volonté et bien-être.

En raison de son comportement répugnant, l’enseignante pourrait faire face à jusqu’à quatre décennies d’emprisonnement. En prime de cela, son mari l’a abandonnée et a demandé le divorce après avoir découvert ce qu’elle était en train de faire subir à ses élèves.

Certaines réactions étaient presque  que l’acte lui-même
Autre fait inquiétant, de nombreuses réactions à cette histoire n’ont pas été empreintes de condamnation ni de déception, mais plutôt d’approbation.

« Pourquoi mes professeures ne sont pas comme elle lol », a écrit un autre.

L’un des problèmes que posent les ab.s des femmes envers les garçons et les jeunes hommes est que cela n’est pas pris au sérieux. Les élèves dans cette situation ont été contraints d’agir contre leur volonté et d’effectuer des actes sous la contrainte, et s’il était question de femmes, cette histoire aurait été perçue différemment. Un tel incident devrait nous servir de rappel pour voir une agr.ssion pour ce qu’elle est et ne pas évaluer sa gravité selon le sx de la vic time et de l’agr.sseur.

Source : santeplusmag